• Accueil
  • Terre-pleins du Port d’Armor

Terre-pleins du Port d’Armor

 

Port d’Armor : inauguration des terre-pleins (04 novembre 2017)

 

 

Les travaux lancés avant l’été 2016 sont désormais achevés. Plus de 25 ans après son inauguration, le Port d’Armor dispose désormais d’une nouvelle esplanade. Samedi matin, en guise d’inauguration, le maire Thierry Simelière, également président du syndicat mixte, faisait visiter le nouvel espace à une soixantaine d’invités dont le préfet des Côtes-d’Armor, Yves Le Breton, le président du Département, Alain Cadec, et les députés Éric Bothorel et Bruno Joncour.

Depuis de longues années, les terre-pleins faisaient office de parking sans réel aménagement. Désormais, les usages et la circulation sont plus clairement organisés.  Alain Cadec, président du département : « Pour le Syndicat Mixte, financé à 55% par le Département et à 45% par la Ville, l’investissement est d’un peu plus de 2 M€. C’est un programme nécessaire au développement économique et touristique de ce territoire. La ville de Saint-Quay-Portrieux bouge, ne se repose pas sur ses lauriers. Ce projet en est la démonstration« .

 

« Aujourd’hui, nous avons également une pensée reconnaissante pour les anciens maires Robert Richet et François Héry, ainsi que l’entrepreneur Pierre Budet, grâce à qui le port en eau profonde a vu le jour« . Un hommage auquel Thierry Simelière a aussi associé ses prédécesseurs à la présidence du Syndicat Mixte : Michel Lesage, Michel Brémont et Loïc Raoult.

 

 

Réorganisation et modularité de l’espace

 

Pour bien appréhender les lieux, il faut désormais considérer le quai donnant accès aux pontons, lui-même rénové, comme le point central du projet. C’est une belle voie de promenade face au port qui ouvre sur trois axes piétonniers, balisés et sécurisés. Une « allée de la plage » vers la Comtesse équipée d’un nouveau bloc sanitaire, une « allée coursive » à l’arrière des commerces jusqu’au pied du GR34 (ci-dessous) et une troisième voie vers le Portrieux en passant par les commerces et restaurants de la place Tabarly. Thierry Simelière : « C’est un projet qu’il faut aborder dans sa globalité. Le Port d’Armor est le prolongement naturel du Portrieux, lui-même en cours d’aménagement. À terme, la continuité urbaine doit être évidente, du quai Richet jusqu’à la criée« .

 

 

Pour valoriser la zone portuaire, il était aussi primordial de rompre avec le morcellement actuel des activités. Entre pêche, commerces, stationnement, loisirs et festivités ponctuelles, il régnait une certaine confusion. Il fallait donc réorganiser l’ensemble et repenser l’occupation de l’espace tout en préservant une souplesse d’utilisation.

Ainsi, tout en garantissant la desserte de la zone CCI et du môle plaisance, la redéfinition des emprises destinées aux différents usages a conduit à matérialiser une « zone technique », incluant les ateliers du port, la potence de mise à l’eau et un espace dédié à la voile sportive et aux loisirs nautiques.

 

Ensuite, en optimisant l’aire de stationnement, sa capacité passe de 204 à 266 véhicules. Elle fera par ailleurs l’objet d’un traitement adapté (implantation de bornes de branchement électrique) pour accueillir les nombreuses manifestations événementielles, comme la prochaine Fête de la Coquille, dans des conditions plus confortables pour les organisateurs et pour le public.

Enfin, pour offrir des solutions foncières à de potentiels investisseurs, deux emprises constructibles ont également été prévues. La première face à Celtarmor et la seconde dans le prolongement des commerces actuels.

 

Un projet d’implantation d’entreprise

 

Et, bonne nouvelle, un projet sur la première parcelle de 850 m2, dans le prolongement du bâtiment abritant l’atelier technique du port d’Armor et les locaux de plongée sous-marine (photo ci-dessous), est déjà bien avancé. Le mareyeur Stéphane Le Rouzes, gérant de la maison Louis Georges, a décidé de développer son activité « Luximer » (voir article des Échos ici). À terme, les nouveaux locaux abriteront un atelier de transformation des produits de la mer avec une plateforme d’expédition, une poissonnerie de détail, une salle de réunion ainsi qu’un espace de dégustation. La demande de permis de construire a été déposée en mairie. Son instruction est en cours.

 

 


 

 

 

Bien plus qu’un parking

Hormis quelques travaux de finition programmés pour la rentrée, les terre-pleins affichent leur visage définitif depuis le début de cet été 2017.

Comme programmé, après un an de travaux, le parking gris et poussiéreux au stationnement anarchique a laissé la place à un espace beaucoup plus agréable et structuré. Un aménagement qui valorise la zone portuaire comme un quartier à part entière. Un quartier avec son quai rénové et ses terrasses de restaurants avec vue sur les pontons ainsi que trois allées piétonnières bien identifiées. La première guide les promeneurs vers la plage de la Comtesse, la seconde passe par la coursive sous la capitainerie et mène au pied du GR 34 alors que la dernière assure la continuité urbaine avec le carré de la Douane et le Portrieux.

Thierry Simelière, président du syndicat mixte : “Après 25 ans d’attente, nous pouvons nous réjouir de disposer enfin d’un espace multifonctionnel digne du port d’Armor. Maintenant, notre objectif est d’attirer d’autres entreprises pour dynamiser encore un peu plus la zone. 2 000 m2 de réserve foncière ont été prévus. Nous y travaillons et nous restons à l’écoute de tous les investisseurs…”.

(article paru dans le n°72 du Magazine de la Ville de Juillet 2017 / À lire en ligne ici)

 


 

(novembre 2016)

 

Les travaux se poursuivent sur les terre-pleins du Port d’Armor selon le calendrier prévisionnel.

Chaque vendredi, la réunion de chantier fait le point sur l’avancement tout en validant au fur et à mesure les choix d’aménagement (revêtement, espaces paysagers…)(photo ci-dessus).
Tout cela en coordination avec les travaux tout proches du Portrieux.
À cette occasion, rappelons que les commerces du Port d’Armor restent ouverts et accessibles durant toute la durée de ces opérations. Sur place, le stationnement est indiqué par un fléchage et le parking du môle du port de plaisance est accessible à tous, toute la journée.

 

 


 

Espaces portuaires : démocratiser les usages

 

Le chantier d’aménagement des terre-pleins du port d’Armor conjugué aux différents travaux de la zone de l’aire de carénage et du port d’échouage sont l’occasion d’un entretien avec Erwan Barbey-Chariou, adjoint à la mer et au littoral.

 

Quelle est votre vision des ports de la Ville ?
Très longtemps, les zones portuaires sont demeurées en marge des villes. En matière d’urbanisme, la tendance de ces dernières années vise au contraire à les intégrer en tant que quartier à part entière. C’est clairement notre volonté. Les nouveaux aménagements prévus au cours des prochains mois vont dans ce sens.

À l’avenir, comment appréhender la gestion des ports ?
L’objectif est logiquement d’offrir un service de qualité aux usagers. Plaisanciers, professionnels, commerçants, amateurs de loisirs nautiques… Mais pas seulement. Gardons bien à l’esprit que plus de 9 personnes sur 10 qui fréquentent les abords des ports ne sont pas des plaisanciers. Ce qui dénote un pouvoir d’attractivité considérable. C’est aux acteurs locaux de “transformer l’essai” en matière économique et faire de notre spécificité maritime un réel avantage concurrentiel.

Cela passe par quels types de grands principes ?
Il faut au maximum soigner le cadre et la qualité d’accueil. Les dispositions prises récemment pour en finir avec le camping sauvage sur les terre-pleins sont un exemple concret. Ensuite, et si nous faisons la comparaison avec les stations de montagne où toute la famille chausse les skis sans appréhension, les loisirs nautiques souffrent d’une trop grande confidentialité. Pêche à pied, plongée, kayak, paddle… Au-delà de la traditionnelle baignade, la Baie de Saint-Brieuc est un terrain de jeu formidable qu’il faut ouvrir au grand public. C’est un potentiel économique incontournable à l’avenir, au même titre que la pêche.

Comment considérer le rôle des collectivités en la matière ?
Nous soutenons déjà des structures comme le Pôle Nautique, pour la voile légère, ou le SNSQP, qui gère notamment le Saint-Quay, le vieux gréement de la Ville. Chaque été, le Centre de Loisirs des Jeunes de la Ville initie les adolescents aux activités nautiques. Nous agissons aussi au maximum pour attirer des professionnels comme ce sera le cas cet été avec Maestro Croisières et leur catamaran. Le soutien à Jean-Marie Loirat qui prépare la Route du Rhum 2018 et qui choisit Saint-Quay-Portrieux comme port d’attache est un autre vecteur de mise en valeur de nos infrastructures qu’il faut encourager.

Dans le cadre des nouvelles intercommunalités et de la redéfinition des compétences au travers de la loi NOTRe, à nous de bâtir sur une stratégie ambitieuse à la hauteur de ces enjeux. Saint-Quay- Portrieux a une grande histoire maritime. À nous d’en écrire un nouveau chapitre.

 

(interview parue dans le n°69 du Magazine de la Ville de Juillet 2016 / Version imprimable ici)

 


 


Novembre 2015 – version imprimable ici

Port d’Armor : un nouveau visage

25 ans après son inauguration, le Port d’Armor s’apprête à faire sa mue. Le Syndicat Mixte, cofinancé par le Conseil départemental et la commune, va engager près de 2 M pour donner un nouveau visage aux terre-pleins. Le lancement des travaux est prévu avant l’été 2016.

 

Le diagnostic présenté au Syndicat mixte par le cabi­net d’études B3I (www.b3i.fr) en février dernier rappelait une première évidence : la configuration des terre-pleins du Port d’Armor manque singulièrement de lisibi­lité, sans parler de l’image offerte. Depuis de longues années, l’espace fait ainsi of­fice de parking sans aucune organisation, et régulièrement d’aire de stationnement pour les camping-cars. Ce qui revenait à gâcher un potentiel d’attractivité impor­tant pour la ville. Avec l’abandon définitif de la construction de l’ensemble immo­bilier porté par la SEE Budet, il devenait impératif de repenser le projet et achever enfin l’aménagement de ce vaste espace. C’est chose faite.

 

Continuité urbaine et invitation à la promenade


Pour bien comprendre ce nouvel aména­gement, il faut considérer le quai donnant accès aux pontons comme le point central du projet. Lui-même rénové, il offrira une belle voie de promenade tout en ouvrant sur 3 axes piétonniers, bien identifiés et sécurisés. Une « allée de la plage » vers la Comtesse, une « allée coursive » à l’arrière des commerces jusqu’au pied du GR34 et une troisième voie vers le carré de la Douane en passant par les commerces et restaurants de la place Tabarly. L’ensemble contribue à structurer plus clairement l’es­pace en faisant ainsi cohabiter tous les usages et les usagers.

Plus largement, il marque également la volonté de reconnecter le nouveau port à son environnement naturel et patrimonial, le Portrieux, pour lequel un programme de requalification est aussi en cours (voir page 12).

Pour affirmer cette continuité urbaine entre ces 2 espaces, « afin d’éviter tout ef­fet de “rupture”, en termes de revêtement, de plantations et de mobilier urbain notam­ment, nous avons logiquement demandé à ce que les deux bureaux d’études travaillent ensemble » confirme Thierry Simelière, nouveau président du Syndicat mixte de­puis juin dernier.

 

Réorganisation et modularité de l’espace

 

Pour valoriser la zone portuaire, il était aussi primordial de rompre avec le morcel­lement actuel des activités. « Entre pêche, commerces, stationnement, loisirs et festivi­tés ponctuelles, il règne une certaine confu­sion. Il fallait donc réorganiser l’ensemble et repenser l’occupation de l’espace tout en préservant une souplesse d’utilisation » expose Pierre Le Got, urbaniste chez B3I. Ainsi, tout en préservant la desserte de la zone CCI et du môle plaisance, la redéfini­tion des emprises destinées aux différents usages a conduit à matérialiser une « zone technique », incluant les ateliers du port, la potence de mise à l’eau et un espace dédié à la voile sportive et aux loisirs nautiques. Dans le même esprit, Erwan Barbey-Cha­riou, adjoint mer et littoral souligne : « Il était nécessaire de réglementer et de clari­fier les usages du ponton municipal. Il est désormais uniquement destiné aux activités soutenues par la Ville. C’est la logique même et cela va dans le sens d’une meilleure valo­risation de notre image nautique. »

 


Ensuite en optimisant l’aire de station­nement, sa capacité passe de 204 à 266 véhicules. Elle fera par ailleurs l’objet d’un traitement adapté (implantation de bornes de branchement électrique) pour accueillir les nombreuses manifestations événementielles (Fête de la Coquille, bal des pompiers…) dans des conditions plus confortables, pour les organisateurs et pour le public.

 

Enfin, pour offrir des solutions foncières à de potentiels investisseurs, deux emprises constructibles sont également prévues. La première face à Celtarmor et la seconde dans le prolongement des commerces ac­tuels. Avec une possibilité de construire sur 2 niveaux, elles constituent une réserve d’environ 2 000 m2 dédiée aux futures acti­vités commerciales ou économiques.

Attractivité, cadre de vie, cohabitation des diverses activités : l’aménagement projeté répond aux enjeux stratégiques et essentiels pour Saint-Quay-Portrieux et aux attentes des habitants et usagers. Rendez-vous mi-2016 pour le début des travaux.

Publications municipales

Pour rester informé, téléchargez ici l'agenda des loisirs, Le Phare, ainsi que le magazine de Saint-Quay-Portrieux.

Hôtel de ville

Adresse postale :
52 boulevard du Maréchal Foch
CS 10001
22410 Saint-Quay-Portrieux

Horaires d'ouverture :
du lundi au jeudi de 8h30 à 12h15 et de 13h30 à 17h45
le vendredi de 8h30 à 12h15 et de 13h30 à 16h45
et le samedi de 9h00 à 12h00 (état civil uniquement)


Téléphone : 02 96 70 80 80
Fax : 02 96 70 50 71

Formulaire de contact